16/09/2010

Le gaillet grateron (Gallium aparine)

Gaillet grateron.jpgQui ne s’est pas déjà amusé avec cette plante qui « colle » à tout ce qu’elle touche ? Elle envahit nos plates bandes, escaladant grâce à ses aiguillons, les plantes voisines.

En compresse, elle soigne les irritations de la peau. Son jus permettrait de juguler les morsures de vipère et de certaines araignées. En application locale, elle stoppe les hémorragies.

Comme elle fait partie de la famille du vrai café, on peut récolter ses graines (bon amusement !) pour les torréfier….

Recette : cueillir plusieurs poignées de graines au moment où elles deviennent brunes. Les faire rôtir sur une plaque à biscuits dans le four (120° à 150°) jusqu’à ce qu’elles soient dures et croustillantes. Les moudre. Et faire une bonne « jatte » de café !

Ses feuilles se mangent en soupe ou comme légumes. Rassurez-vous, les petits poils disparaissent avec la cuisson.

Soupe au gaillet : (pour 4 personnes)
1 L / 4 tasses d’eau
5 ml / 1 c. à thé de sel
1 kg d’épaule d’agneau, coupée en morceaux
30 ml / 2 c. à soupe de beurre
500 ml / 2 tasses de brins de gaillet, lavés
15 ml / 1 c. à soupe de farine d’avoine

Dans une casserole, versez l’eau, le sel et l’agneau.
Amenez à ébullition, réduisez le feu et faites mijoter environ une heure.
Coulez le bouillon et retirez les os et le gras.
Remettez la viande dégraissée et le bouillon dans la casserole et réservez.
Entretemps, faites fondre le beurre dans une poêle et ajoutez-y le gaillet.
Faites revenir doucement pendant quelques minutes.
Ajoutez la farine d’avoine à la viande et au bouillon, brassez bien, puis ajoutez le gaillet. Faites mijoter pendant une heure de plus.

Servir chaud.

(http://liafaydjam.blogspot.com/2007/01/galium-aparine-cai...)

 


Les commentaires sont fermés.